• La question de l’existence et de la nature d’une éventuelle vie extraterrestre a été réservée pendant très longtemps à la littérature, qu’il s’agisse de textes philosophiques ou d’ouvrages de science fiction...

    Dès les années 1970, plusieurs équipes travaillent en France sur l’origine de la vie (parfois appelée alors « Biogenèse »). Chimistes, biochimistes, biophysiciens osent se fourvoyer dans un domaine alors très éloigné des thèmes prioritaires soutenus par les grands organismes de recherche, dont le CNRS.

    D'où vient cette vie qui nous entoure et nous appartient ? Sommes-nous vraiment des poussières d'étoiles ? Et cette vie ou toute autre forme de vie existe-t-elle ailleurs que sur Terre ? Une nouvelle science pose toutes ces questions pour y apporter des réponses. C'est l'astrobiologie.


    L’exobiologie est par essence même basée sur l’interdisciplinarité, faisant intervenir la plupart des grands champs disciplinaires classiques, des sciences dures, aux sciences molles... La chimie est quasiment située à la frontière entre ces deux grands domaines. Or, les chimistes ont été parmi les premiers exobiologistes en France, c’est sans doute une conséquence de cette place particulière.

    Pour plus de renseignements sur l'astrobiologie:

    http://astrobiology.nasa.gov/

    http://histoire-cnrs.revues.org/8883

    http://www.astrosurf.com/luxorion/astrobiologie-intelligence.htm

    http://www.exobiologie.fr/index.php/l-exobiologie/enseignement/l’enseignement-de-l’exobiologie-en-france/

    http://www.jcomjeune.com/article-metier/astronome

    L'astrobiologie concerne la recherche de la vie dans l'univers, cependant nous en sommes encore loin d'une découverte de vie intelligente capable de construire des vaisseaux, la science avance petit à petit, un jour peut-être, elle reconnaitra que cela est possible...

    Les futures discussions en ufologie seront certainement débattues sur cette question, mais il reste encore du chemin avant que nous arrivions à ce type de débat entre scientifiques et ufologues.

    Les idées et le savoir scientifique évoluent au fil du temps, espérons-le...


  • La légendaire Ciudad Blanca, que les archéologues recherchent depuis des siècles, aurait été localisée par une équipe de chercheurs américains.

    cité perdue

    Une ville de légende enfin découverte? La Ciudad Blanca, littéralement la Ville Blanche, une cité perdue du Honduras, a nourri les fantasmes des archéologues depuis plus de quatre siècles. Beaucoup l’ont cherché, en vain, depuis que l’explorateur espagnol Hernan Cortes l’a mentionné dans ses comptes rendus datant de 1526.

    Des chercheurs de la National Science Fondation and University de Houston ont cependant diffusé un communiqué de presse annonçant qu’ils avaient cartographié une région du Honduras, éloignée de toute civilisation, qui pourrait bien abriter la fameuse cité perdue.

    Rien n’est encore cependant sûr. Cette région pourrait en fait recéler d’autres ruines archéologiques oubliées, enfouies depuis des lustres. Des expéditions formées d’Indiana Jones en herbe vont devoir s’en assurer. Quoi qu’il en soit, la découverte scientifique est de taille.

    Elle a été possible grâce à une méthode baptisée LiDAR, pour Light Detection ans Ranging, à partir d’un avion. En gros, le système bombarde la forêt de lasers qui percent l’énorme couche de végétation et fournit des images digitales détaillées de la surface.

    Sources:

    http://www.technologyreview.com/view/428139/a-lost-city-found-with-lasers/

    http://www.mysterycasebook.com/2012/lostcitylasers.html


  • « Le coquillage n'a ni la vue ni aucune autre sensation que celle qui lui fait connaître l'aliment et le danger. En conséquence, les poulpes guettent le moment où il est ouvert, et mettent un petit caillou entre les valves, mais en dehors du corps même de l'animal, de peur qu'il ne chasse le caillou par ses contractions : dès lors ils attaquent leur proie avec sécurité, et ils extraient les chairs ; l'animal se contracte, mais en vain ; un coin rend ses efforts inutiles. Tant est grande l'habileté des animaux même les plus stupides !  » (Pline l'ancien, Histoire naturelle, livre IX, 48,2)
     
    unipoulpe
     
    Au cours de l'histoire maritime, de l'Antiquité à aujourd'hui, les pieuvres ont terrifié les marins notamment avec le Kraken.
    La mythologie autour des céphalopodes, a inspiré de grands auteurs comme Jules Verne mais également les studios de cinéma du monde entier, et hante toujours l'imagination de nombreux enfants....
     
    Nous allons vous faire partager une étude sur l'intelligence des céphalopodes, accompagnée d'un documentaire fortement intéressant.
     
    L'intelligence des céphalopodes est la capacité de ces derniers à s'adapter et à complexifier leur comportement en fonction des événements de leur environnement. Reposant sur un système nerveux fondamentalement différent de celui des vertébrés, son étude d'un point de vue comparatif permet une meilleure compréhension de l'intelligence de ceux-ci et donc de l'homme. Les représentants de classe des céphalopodes, en particulier ceux de la sous-classe des coléoïdes (seiches, calmars et pieuvres), sont considérés comme les plus intelligents des invertébrés et comme un exemple de l'évolution cognitive.
     
    Enfin, la pieuvre fait preuve d'une intelligence étonnante pour un invertébré. Elle serait capable de mémorisation et d'apprentissage. Par exemple, des pieuvres ont appris à retirer le couvercle d'un bocal pour accéder à la nourriture contenue dans ce dernier.

    Pour des raisons inexpliquées, il arrive également aux pieuvres de disposer des coquillages ou débris autour de leur habitat. Certains comparent ce comportement à une forme de décoration.
     
    OEIL POULPEElles possèdent une mémoire, stockée dans leurs nombreux neurones, dont deux-tiers se situent à l’intérieur même de leurs tentacules. Les poulpes de Méditerranée sont sans conteste les plus astucieux car, vivant dans l’environnement relativement hostile de l’Empédocle, volcan sous-marin situé entre la Sicile et la Tunisie, ils ont appris à éviter les éruptions volcaniques et à en tirer un avantage : de nombreux crustacés meurent lors de ces éruptions, et les poulpes, qui ont la faculté de ressentir les vibrations émises par le volcan quelques minutes avant, s'enfuient alors pour revenir par la suite déguster les crustacés, qu'ils apprécient.
     
    Les filets des pêcheurs qui, chez d’autres espèces, causent des ravages, semblent profiter au poulpe de Méditerranée qui s'accroche au filet pour attendre qu’un ou plusieurs poissons viennent s'y prendre pour les dévorer facilement.
     
    Les céphalopodes possèdent plusieurs cerveaux et donc une certaine intelligence qui fascinent les scientifiques, de nombreux centre d'études océanographique les étudient de nos jours.

    Sources:

    http://www.frequenceterre.com/chroniques-environnement-060708-683-Les-pieuvres-font-preuve-d-une-intelligence-surprenante.html

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Kraken

    http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/07/06/paul-le-poulpe-est-formel-l-espagne-va-battre-l-allemagne_1383894_3242.html

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pieuvre

    http://youtu.be/eauht5kJgac


  • Le 7 juillet 2012, les Ministères fédéraux de l'économie (BMWI), de l'environnement (BMU) et de la recherche (BMBF) ont annoncé dans un communiqué commun le lancement de 60 projets phares de l'Initiative gouvernementale sur le stockage de l'énergie, dont 40 seront financés par le BMBF.

     Un an après l'annonce des trois Ministères de consacrer 200 millions d'euros à la recherche sur le stockage de l'énergie, le coup d'envoi a été officiellement donné pour différents projets dits "projets phares". Ceux-ci sont regroupés autour de trois grands thèmes :
     - "couplage vent-hydrogène"
     - "batteries dans les réseaux de distribution"
     - "autres thèmes du stockage de l'énergie" (stockage de la chaleur).

    battery

     Les projets autour du thème "stockage stationnaire de l'énergie" seront sélectionnés plus tard dans l'année.

     Sous ces grandes enseignes, les projets sont très divers (recherche en géologie, thermochimie, matériaux...) et font intervenir des équipes pluridisciplinaires, et en particulier des équipes de jeunes chercheurs (Nachwuchsgruppen). Les grands centres de recherche comme le Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR, basé à Cologne en Rhénanie du Nord-Westphalie) ou le Centre de Jülich (Rhénanie du Nord-Westphalie) travailleront en partenariat avec des universités plus modestes comme l'Université Christian-Albrecht de Kiel (Schleswig-Holstein) ou l'Université de Rostock (Mecklenburg-Poméranie occidentale) et de petites entreprises. La liste des projets et partenaires est disponible sur internet.

    Sources:

    http://www.bmbf.de/pubRD/projektliste_speicherinitiative.pdf

    http://www.bmbf.de/press/3310.php

    http://www.bmbf.de/de/16753.php

    http://www.science-allemagne.fr/


  • Un aller simple pour Mars financé en faisant de la conquête de la planète rouge un spectacle médiatique inédit : alors que le robot Curiosity fait ses premiers pas sur Mars, une start-up néerlandaise veut y envoyer des hommes dès 2023, bien avant la Nasa.

     

    Une colonie dès 2023

    Alors que certains experts s'interrogent sur l'éthique du projet ou sa faisabilité technique, le Néerlandais Gerard 't Hoofd, prix Nobel de physique 1999, soutient la start-up néerlandaise et est un de ses ambassadeurs. "De tout temps il y a eu des aventuriers pour se lancer dans des voyages vers l'inconnu, pensez aux vikings qui sont allés en Amérique, à Christophe Colomb", assure-t-il.

    L'ingenieur Lansdorp, qui travaillait auparavant dans l'éolien, reconnaît cependant que de nombreux aspects du projet restent encore à déterminer. La moitié seulement des missions des grandes agences spatiales depuis 1960 en vue de faire atterrir un robot sur Mars ont réussi : "Mars One" prévoit d'y établir une colonie dès 2023, alors que le président américain Barack Obama a lancé le défi d'envoyer des hommes sur Mars d'ici 2030 seulement.

    Bas Lansdorp et son équipe, un physicien, un graphiste industriel et une spécialiste en communication d'entreprise, comptent garder la main sur la "coordination générale" du projet. La réalisation technique sera toutefois confiée à des sociétés privées spécialisées.

     

    Possible... en théorie

    La sélection et l'entraînement des candidats astronautes sont prévus dès 2013, l'envoi de modules habitables, de vivres et de véhicules robotisés entre 2016 et 2022.

    En avril 2023, les quatre premiers hommes et femmes poseront le pied sur Mars. Ils seront rejoints par d'autres astronautes (vingt au total en 2033) sur cette planète où la température moyenne est de 55 degrés en dessous de zéro et l'atmosphère composée à 95% de dioxyde de carbone.

    Les astronautes installeront la colonie et mèneront des recherches scientifiques, notamment sur d'éventuelles traces de vie. Leur oxygène sera produit à partir de l'eau présente sous forme de glace dans le sous-sol."Je pense qu'il y a de nombreuses questions qu'ils n'ont pas examinées assez en profondeur", tempère Chris Welch, professeur d'ingénieurie spatiale à l'Université internationale pour l'espace (ISU), basée à Strasbourg (nord-est de la France).

    Source:

    http://www.rtl.fr/actualites/insolite/article/ca-vous-tente-un-aller-simple-pour-mars-en-2023-7751617655





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique