• atomicSuite à la catastrophe de Fukushima, la demande en compteurs Geiger au Japon a bondi. Des chercheurs en radiologie de l'Ecole de médecine de Hanovre (Basse-Saxe) ont cherché à savoir si les smartphones pouvaient être utilisés pour une estimation des rayonnements ionisants. Les résultats sont plutôt satisfaisants, et ce sans matériel supplémentaire, mais de telles mesures ne remplacent pas un dosimètre officiel.

    "La clé est la puce CMOS des caméras des smartphones", explique Georg Stamm, de l'Institut de radiologie à l'Ecole de médecine de Hanovre. Cette puce de l'appareil détecte en effet les ondes électromagnétiques et notamment les rayonnements (de) haute énergie qui perturbent le capteur. Etant donné que les rayons ionisants font partie de ces ondes, la puce de la caméra du téléphone mobile pourra les détecter voire les mesurer à l'aide d'un logiciel adapté.

    Quelques applications existent déjà, mais leur fiabilité n'est pas forcément démontrée. "Certaines sont même fausses, c'est pour cela que nous avons décidé d'examiner cette question plus en détail dans un contexte médical", indique Georg Stamm. La principale motivation de l'équipe de Hanovre était de savoir si les smartphones pouvaient être utilisés en tant que dosimètre en radiologie. Le dosimètre est en effet un appareil que tout membre du personnel de radiologie doit porter sur lui dans son travail quotidien pour éviter une exposition à des niveaux nocifs.

    geiger1

    Georg Stamm et ses collègues ont simulé une situation radiologique ordinaire à l'aide d'une poupée humaine qui affaiblit le rayonnement de la même manière que le corps humain. Une application commerciale développée au centre Helmholtz de Munich (Bavière) et testée sur un smartphone Android a notamment été comparée à un dosimètre.

    L'équipe a alors prouvé qu'il est en principe possible de mesurer les rayonnements ionisants à l'aide d'un smartphone. Ces derniers ne pourront toutefois pas remplacer un dosimètre dans un cadre professionnel, la principale raison étant que le capteur vidéo est orienté dans une seule direction. En conséquence, il ne fournit des données valides que s'il est correctement aligné avec les sources de rayonnement. Ainsi d'après Georg Stamm, "les mesures trop dépendantes de l'orientation de l'appareil ne permettent pas, pour le moment, la dosimétrie correcte au quotidien."

    Sources:

    http://idw-online.de/pages/en/news536222

    http://www.science-allemagne.fr/


  • Je remercie Gilles Durand du SCEAU  pour m'avoir envoyé l'information.

    Lors de son intervention à SXSW, Elon Musk a dévoilé en exclusivité une vidéo d'un essai réussi d'une fusée qui peut se reposer après décollage, développée par son entreprise SpaceX.

    http://youtu.be/2Ivr6JF1K-8

    Rien de nouveau, puisque la SNECMA en 1956 avait construit la même chose : l'ATAR volant, un réacteur  capable de décoller et de se reposer, avec pilote... un exemplaire est visible au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget.

    Auquel succéda le Coléoptère, un avion à décollage vertical avec l'ATAR comme moteur fusée.L'inventeur de ce bijou esthétique était un ingénieur autrichien du nom de Helmut Graft von Zborowski, capturé en 1945 par l'armée française et mis en résidence surveillée à... Brunoy dans le château de la propriété Morel d'Arleux.

    Sources:

    http://www.lemonde.fr/technologies/video/2013/03/13/grasshopper-la-fusee-qui-decolle-et-se-repose_1846950_651865.html?#xtor=SEC-32280588

    http://www.museesafran.com/videos/essais-du-snecma-atar-volant-c400-p1/

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Snecma_Atar

     

  • La direction générale de l'armement (DGA) explore les possibilités offertes par les drones de surface et sous-marins pour lutter contre la menace des mines navales. Le concept innovant de « drone porte-drone », étudié dans le cadre du projet d’études amont Espadon (évaluation incrémentale de solutions potentielles d’automatisation de déminage pour les opérations navales) ouvre des perspectives particulièrement prometteuses.

    Des expérimentations à la mer sont menées depuis 2011, au profit de la DGA et de la marine nationale, au large de Brest.

    Espadon prépare le programme de système de lutte anti-mines futur (SLAMF) destiné à remplacer, à l’horizon 2020, les moyens actuels de guerre des mines. En effet les mines sont présentes dans tous les conflits maritimes, comme  récemment en Libye, afin d’entraver l’action militaire, le trafic commercial ou les acheminements humanitaires. Elles se caractérisent à la fois par un emploi très simple et une gamme très large, allant des engins les plus rudimentaires aux très sophistiqués, pouvant être mouillés par des moyens non spécialisés jusqu’à une profondeur de l’ordre de 300 mètres.

    Sources:

    http://www.defense.gouv.fr/actualites/economie-et-technologie/les-drones-marins-avenir-de-la-lutte-contre-les-mines-navales

    http://www.meretmarine.com/fr/content/de-nouvelles-images-du-drone-sterenn-du

    http://www.defense.gouv.fr/dga/actualite-dga/2010/premiere-mise-a-l-eau-du-drone-naval-espadon


  • Cet objet futuriste, aussi discret qu'un serre-tête, pourrait bien révolutionner notre société dans le courant de l'année 2013. InteraXon, une startup basée en Ontario au Canada, s'est spécialisée dans le contrôle informatique de la pensée. Elle prévoit de sortir un bandeau frontal appelé Muse, qui lit les ondes cérébrales, et permet ainsi à ses utilisateurs de mieux comprendre leur état émotionnel et de le contrôler.

    http://youtu.be/Da9UUtSuiWo


    Ces appareils technologiques seraient capables de mieux vous cerner que n'importe quel être humain.
    À l'instar de Ford et de sa voiture qui vous donne des conseils ou encore du bracelet Fuelband de Nike qui surveille vos calories, Muse est l'un de ces appareils qui vous suit de près. Son système de détection est capable de décrire notre comportement et notre état émotionnel.

    Il indique votre humeur

    InteraXon explique que Muse est "comme un détecteur de fréquences cardiaques, mais pour le cerveau". Les capteurs placés dans le bandeau sont en contact avec le front et les oreilles. Ils surveillent l'activité cérébrale de l'utilisateur et se synchronisent directement avec une application téléchargée sur votre téléphone portable. Celle-ci vous indique votre humeur, le niveau de votre concentration et de mémoire. Il peut aussi vous proposer de petits exercices visant à améliorer l'acuité mentale. Mais ce n'est que la première étape du projet.

    http://youtu.be/GYO_WC7TE4c


    Les créateurs de cet objet avant-gardiste espèrent que le concept va se développer de telle sorte à ce qu'on puisse contrôler l'application par la pensée. InteraXon a déjà mis au point des inventions technologiques contrôlables par la pensée, comme la chaise permettant de léviter grâce à la force du mental ou le grille-pain qui se branche directement sur les ondes cérébrales.

    Suite et source de l'article:

    http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/23/muse-bandeau-emotions-conseille_n_2004674.html


  • sky1
    sky2
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    L’APN Sky View pourrait rendre plus accessible la photographie aérienne au profit de tout le monde. Imaginé par le designer Junho Yoon, l’appareil photo arbore un design assez sympathique. A première vue, il ressemble à une fleur prête à s’élever dans le ciel pour capturer les photos sous un autre angle. Léger, l’APN Sky View a la capacité de faire une rotation à 180 degrés. Il est également doté d’un mode Auto Shot pour la prise de photos automatiques. De quoi changer des services de photographie classique lors d’un évènement.
     

    Sources:




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique