• La Terre "est un Titanic spatial" qui peut se heurter à un astéroïde, il faut donc créer un bouclier anti-astéroïde mondial, a estimé jeudi à Vienne Anatoli Zaïtsev, directeur général du Centre russe de défense planétaire, cité par les médias russes.

    La Terre "est un Titanic spatial qui peut se heurter à un iceberg spatial - un noyau de glace d’une comète - ou à un rocher spatial - un astéroïde - à tout moment", "nous savons les conséquences d’une telle collision, mais à la différence du Titanic, nous n’avons pas de canots de sauvetage", a noté M.Zaïtsev, lors de la 47e session d’une sous-commission du Comité des Nations Unies des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique.

    Le système de protection de la Terre contre les astéroïdes sera créé d’ici cinq ans, à son avis. Il permettra de détecter les grands astéroïdes quelques années ou décennies avant qu’ils atteignent la Terre. Les petits astéroïdes d’une taille de plusieurs dizaines de mètres, qui représentent 99,5% des objets spatiaux évoluant près de notre planète, seront détectés à l’approche de la Terre. Le bouclier doit être capable d’écarter la menace de collision en quelques jours suivant l’apparition d’un astéroïde menaçant.

    La création du bouclier anti-astéroïdes coûtera entre trois et cinq milliards de dollars, soit quatre à sept fois de moins que le programme américain Apollo, selon M.Zaïtsev.

    Le nouveau bouclier doit comprendre un service international de contrôle terrestre, deux services de contrôle et d’interception - en Eurasie et en Amérique, deux Centres régionaux de défense planétaire et au moins sept satellites d’observation et d’interception. "Les satellites doivent être conçus conjointement par les agences spatiales russe, américaine, européenne, chinoise, japonaise, indiennes et autres. Cela permettra de créer des petits satellites d’un poids de 100 kg", de l’avis du chercheur.

    Toutefois, il faut commencer par signer des accords internationaux réglementant l’utilisation du nouveau système pour prévenir la mise en place d’armes spatiales permettant d’attaquer des cibles terrestres au moyen d’astéroïdes, a conclu le chercheur.

    source:

    http://fr.rian.ru/science/20100218/186086479.html


    votre commentaire
  • ..


    votre commentaire
  • La Terre en sursis

    Comme s’il ne suffisait pas qu’elle soit menacée par quelques astéroïdes incontrôlables, ou de puissantes tempêtes solaires, la vie sur Terre peut disparaître d’un instant à l’autre dans un flash de lumière. On doit ce rappel à une équipe d’astronomes de l’université Villanova. Ils se sont intéressés à une région précise de l’espace, mais la menace n’est pas isolée. Ben Sandilands est l’un des nombreux journalistes qui ont propagé l’information :

    "Des astronomes ont récemment attiré l’attention sur une étoile dont l’explosion pourrait balayer la Terre. Elle est en voie d’auto-destruction, ce qui peut produire à tout moment une rare supernova de type 1a, dégageant une puissance de l’ordre de 20 milliards de milliards de milliards de mégatonnes de TNT.

     

    T Pyxidis est une nova récurrente située dans la constellation de la Boussole (ou Pyxis) qu’on peut apercevoir dans l’hémisphère sud. Des études récentes ont montré que cette étoile est beaucoup plus proche qu’on ne l’avait pensé. Elle se situe à 3.260 années-lumière de notre système solaire.

    L’explosion thermonucléaire pourrait arracher notre couche d’ozone, qui actuellement nous protège des radiations mortelles. Toute vie sur Terre serait alors condamnée.

    Ce scenario-catastrophe a été exposé par des astronomes de l’université Villanova, à Philadelphie. Edward M. Sion, Patrick Godon et Timothy McClain ont présenté leurs travaux devant la 215ème réunion de la Société Astronomique Américaine, à Washington, DC.

    Ils avaient appris grâce au satellite International Ultraviolet Explorer que T Pyxidis est en fait un système binaire composé d’une naine blanche, qui ne cesse de croître en aspirant le gaz de sa voisine, riche en hydrogène, une étoile semblable à notre soleil. La naine blanche est une étoile bien plus petite que la Terre, mais beaucoup plus massive qui possède un champ gravitationnel extrêmement puissant.

     

    Elle se détruira en atteignant sa masse critique, ou limite de Chandrasekhar. L’explosion de type 1a illuminera brièvement l’ensemble de la galaxie, et générera un flux intense de rayons gamma. Cette simulation montre le processus en détails.

    Des explosions thermonucléaires se produisent régulièrement tous les 20 ans depuis 1890 - mais le phénomène n’a pas été constaté après 1967."

    Ben Sandilands conclut ainsi son article : "Combien de temps nous reste-t-il ? Aussi bien 10 millions d’années que seulement 10 minutes, parce que le phénomène pourrait s’être produit il y a 3.259 ans. De toutes façons nous n’aurions rien vu venir."

    Source : http://www.crikey.com.au/2010/01/07/the-death-star-that-may-kill-us/ ?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+CrikeyDaily+%28Crikey+Daily%29


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique