• La disparition de l'homme de Avoyelles Parish est toujours un mystère après 50 ans
    Andrew Griffin - Reporter de notre rédaction

    MOREAUVILLE -- c'était une nuit froide et nuageuse au-dessus du Lac Supérieur, il y a presque 50 ans quand le natif de Avoyelles Parish, Felix "Gene" E. Moncla, 27ans, 1er Lieutenant pilote de l'Armée de l'Air et le 2ème Lieutenant Robert Wilson ont rencontré un destin mystérieux, essayant d'arrêter ce que certains pensent avoir été des OVNIS.

    Sa famille, ses amis et des enquêteurs veulent savoir ce qui est arrivé à cet homme apprécié de Moreauville il y a tant d'années.

    Une de ces personnes est le Canadien Gordon Heath, analyste en systèmes informatiques et enquêteur ufologue, de Surrey, en Colombie Britannique.

    Heath, 48 ans, a grandi à Thunder Bay dans l'Ontario, le long du rivage nord du Lac Supérieur, et dit qu'il s'est intéressé aux mystères des Grands Lacs depuis son enfance. Il a trouvé l'histoire de Moncla par hasard sur l'Internet après en avoir entendu parler il y a des années. Il a passé un certain temps à Avoyelles Parish l'automne dernier, recherchant de vieilles copies du journal d'Avoyelles et interviewant les amis et la famille de Moncla.

    En faisant ses recherches à Avoyelles Parish, Heath a constaté que Moncla avait été basé au terrain de Truax à Madison, Wisconsin.

    Moncla, avec 1.000 heures de temps de vol, avait été temporairement transféré à la base aérienne de Kinross dans la péninsule supérieure du Michigan, peu avant qu'il n'ait disparu.

    Dans la nuit du 23 Novembre 1953, Moncla et Wilson ont été chargés de piloter leur avion à réaction Northrop F-89C pour identifier un grand engin volant non identifié au-dessus de l'espace aérien restreint à Soo Locks le long de la frontière Américano-Canadienne. Le duo, volant à approximativement 500 miles par heur, est descendu rapidement de 30.000 pieds à 7.000 pieds afin de chercher l'objet inhabituel. Ils volaient à une vitesse légèrement plus réduite que la normale, a dit Heath.

    Cet incident s'est produit quand la guerre froide commençait à se réchauffer, ainsi des jets américains ont souvent été envoyés étudier des engins inconnus en imaginant que des pilotes ennemis pourraient les piloter. Et juste un an plus tôt, une vague de soucoupes volante avait stupéfié les Etats-Unis, ayant pour résultat des objets volants inconnus au-dessus de l'espace aérien restreint de Washington, D.C.

    Tandis que le jet de Moncla approchait l'engin, a indiqué Heath, un opérateur de radar de Houghton, Michigan, a remarqué que très vite les deux blips sur l'écran du radar avaient fusionné. Soudainement, le jet de Moncla et de Wilson avait disparu et le "bogey" (comme les pilotes appelaient les OVNIS et tout autre engin inconnu dans leur vocabulaire de l'Armée de l'Air) a continué dans la direction du Nord au-dessus du Canada et a rapidement disparu hors de portée de l'écran de radar.

    Une équipe de recherche a été immédiatement expédiée au-dessus du Lac Supérieur, à l'ouest-nord-ouest de l'île de Michipicoten. L'embarcation de sauvetage a complètement fouillé les côtes américaines et canadiennes, mais aucun reste du jet ni les corps des deux pilotes n'ont jamais été retrouvés.

    "La visibilité était variable cette nuit là," a dit Heath. "Il y avait eu abondance de nuages et des conditions légèrement neigeuses avaient été rapportées."

    Cependant, tous les chercheurs conviennent que les conditions n'étaient pas assez inclémentes pour mettre en péril le jet de Moncla.

    Au début, l'Armée de l'Air a indiqué que le F-89 et le "bogey" ont fusionné sur l'écran de radar et Associated Press a publié un communiqué le disant. Mais alors l'Armée de l'Air a fait machine arrière et a donné des versions différentes de l'histoires au sujet de ce qui s'était produit cette nuit, racontant notamment que l'objet qu'ils avaient pourchassé était un jet Canadien.

    En fait, les enquêteurs de l'Armée de l'Air ont rapporté plus tard que Moncla a pu avoir éprouvé un vertige et s'être écrasé dans le lac. L'Armée de l'Air a dit que Moncla était connu pour éprouver des vertiges de temps en temps.

    Si Moncla était connu pour éprouver des vertiges, demande Heath, pourquoi l'Armée de l'Air l'aurait-elle mis en service actif à piloter des missions critiques?

    Et le la Royal Canadian Air Force a contesté la théorie de l'Armée de l'Air que l'objet que Moncla avait pourchassé était un avion à réaction de l'armée de l'air Canadienne volant en mission de nuit de Winnipeg, Manitoba, à Sudbury, Ontario, dit Heath.

    Heath a indiqué que la théorie du vertige est faible puisque c'était Moncla qui très probable regardait les instruments plutôt que de piloter en visuel à ce moment.

    Heath a indiqué qu'un chercheur de Royal Oak, Michigan, John Tenney, a découvert par sa propre recherche qu'un officier de communications de l'Armée de l'Air a prétendu avoir entendu la voix à l'accent Cajun traînant de Moncla sur la radio longtemps après qu'on ait signalé qu'il avait disparu. Les enquêteurs de l'Armée de l'Air ont escompté ceci parce qu'ils avaient dans l'idée que l'avion a disparu et s'est écrasé et l'idée que Moncla était toujours en vol après qu'il se fut écrasé dans le lac ne collait pas avec leur idée de ce qui s'est produit, dit Heath.

    Tenney n'a pas pu être joint pour commentaire pour cet article.

    Heath a compilé un compte rendu intéressant du mystère de Moncla en hiver 2003 dans le magazine trimestriel d'UFOBC.

    Après "l'accident," il avait fallu un mois avant que Moncla et Wilson aient été listés en tant qu'officiellement décédés par l'Armée de l'Air des Etats-Unis. Et étonnamment, l'Armée de l'Air n'a pas tenu de mémorial pour les deux membres d'équipage comme il était d'usage pour ses membres qui perdaient la vie dans l'exercice de leur devoir.

    La veuve de Moncla, cependant, a reçu un drapeau américain de l'Armée de l'Air, dit Heath. Heath veut savoir pourquoi l'Armée de l'Air n'a pas conduit une cérémonie de mémorial.

    "Etait-ce parce qu'ils avaient des raisons pour suspecter que les deux membres d'équipage pourraient encore être vivants?" demande Heath.

    Quinze ans après l'incident mystérieux, en 1968, quelques prospecteurs près de la ville canadienne de Sault Ste Marie, ont trouvé l'épave d'un jet le long de la côte rocheux et distante du Lac Supérieur. Un compte rendu de journal de la découverte mentionne que l'épave a pu avoir été celle du F-89 de Moncla et de Wilson. Cependant, les enquêtes du gouvernement canadien et des agences civiles au sujet de l'épave trouvée par Heath se sont prouvées stériles. Heath a indiqué le F-89, développé vers la fin des années 40, avait eu quelques défauts de conception mais que ces défauts avaient été corrigés avant 1953 et que le jet avait de très bons dossiers quand à sa sûreté.

    Par coïncidence, un F-89 en mission de formation du Terrain de Truax s'est écrasé près de Madison, Wisconsin, la même nuit lors de laquelle le F-89 de Moncla a disparu.

    Heath a indiqué que jusqu'à sa disparition, Moncla avait mené une vie réussie. Il était le fils de Yvonne et de Felix E. Moncla Senior et avait grandi à Moreauville. Heath a indiqué que Moncla reçu un diplôme du lycée de Moreauville (Avoyelles) dans les années 40 et a poursuivi en allant à l'institut du sud-ouest de la Louisiane à Lafayette (ULL), où il a reçu une licence de bachelier en sciences.

    C'était tandis que Moncla allait à l'école de médecine de LSU pour devenir médecin qu'il a postulé pour une commission dans l'Armée de l'Air. Il s'est préSenté au service actif peu de temps après le début de la guerre de Corée a été affecté à la base de Truax.

    Heath a indiqué qu'il est de l'opinion que Moncla et Wilson ont rencontré un destin peu ordinaire et qu'ils ont pu avoir été distrait par ce que l'objet vu cette nuit sur les écran de radar était. Heath dit que quelques opérateurs de radar pensent fortement que l'avion a été "englouti par l'OVNI."

    A l'époque de l'accident, Moncla avait une épouse et deux enfants en bas âge, y compris son fils, David Moncla, qui habite à Alexandrie. Il a refusé d'être interviewé pour cette histoire.

    Dans le cimetière catholique du Sacré Coeur à Moreauville, on a érigé un mémorial où est inscrit: "(Moncla) Disparu le 23 Novembre 1953, interceptant un OVNI au-dessus de la frontière canadienne en tant que pilote d'un avion à réaction Northrop F89."

    Heath a indiqué que la Commission du Tourisme d'Avoyelles projette de construire un musée, qui pourrait comporter un affichage spécifique concernant la disparition de Moncla.

    Carlos Mayeux Jr., qui a grandi dans la région de Moreauville du vivant de Moncla, a confirmé qu'il y a un tel projet en cours. Lorsque, Mayeux était un adolescent et se rappelle avoir entendu les terribles nouvelles.

    "Ce fut une tragédie," a dit Mayeux.

    L'épouse de Felix Moncla, Bobbie Moncla Nabors, s'est remariée plus tard avec un officier de l'Armée de l'Air en Alabama.

    Buddy Moncla, 77 ans, un cousin du lieutenant qui vit dans la communauté d'Avoyelles Parish, dit qu'il veut savoir ce qui est arrivé à son cousin il y a presque 50 ans. Buddy Moncla a dit que lui son cousin Gene ont grandi ensemble. Il se rappelle Gene comme un homme agréable, populaire et légèrement réservé.

    Tous les deux ont fréquenté l'Institut du Sud-ouest de la Louisiane (ULL) au début des années 50.

    "Nous avions l'habitude de l'observer jouer au football," a dit Buddy Moncla.

    Après que le Buddy Moncla ait épousé Beryl, il voyait moins son cousin parce qu'il était encore célibataire. Moncla et son épouse vivaient à cap Girardeau, Montana, quand sa mère l'a appelé et l'a informé de la disparition du Gene.

    "Tout ce qu'on nous a dit était que leur avion est tombé et qu'ils n'ont été jamais trouvés," dit Beryl Moncla.

    Ce ne fut que bien des années après qu'il a commencé à entendre plus de détails au sujet du cas et des circonstances peu ordinaires autour de la disparition de son cousin.

    Buddy Moncla a dit qu'il est ouvert à d'idée qu'un OVNI se soit emparé de Gene et de son copilote.

    "On m'avait dit que la dernière par transmission enregistrée (de Gene) disait, "je vais m'approcher pour mieux voir," a dit Buddy Moncla. "C'est la dernièRe chose qu'ils ont entendu."

    Buddy Moncla a dit que cela veut dire que son cousin a vu quelque chose au-dessus du Lac Supérieur.

    "Il a vu quelque chose et le radar a vu quelque chose. Le radar a rendu l'histoire plus controversée parce que l'image de l'avion de Gene et de l'objet inconnu ont convergées en un seul blip et alors elle a disparue. Qu'est ce qui s'est passé?" a-t-il demandé. "Ils disent qu'il pourrait s'être évanoui à l'altitude élevée, mais qu'en serait-il de son copilote?"

    Quand on lui a demandé s'il croit qu'un OVNI a enlevé son cousin, Wilson et le jet cette nuit, Buddy Moncla répond avec tout son sérieux, "il n'y a aucun doute là dessus. Qu'est ce que ce serait d'autre? Personne ne peut trouver autre chose."

    Il a dit que les OVNIS sont juste cela, des objets volants non identifiés.

    "Est-ce que c'était une expérience de l'Oncle Sam ou autre chose, nous ne le saurons probablement jamais," a-t-il dit. "C'est une histoire intéressante."

    Il a dit que lui et son épouse sont heureux qu'il y ait un certain intérêt pour l'histoire. Et après avoir rencontré l'enquêteur Heath d'enquêteur pendant sa visite à Avoyelles Parish, Buddy a dit que le chercheur ufologue Canadien "se trouve être une personne franche et directe."

    Il a ajouté qu'il voudrait que l'Armée de l'Air des Etats-Unis rouvre le cas et offre une certaine ouverture sur le sujet, vu toutes les questions sans réponse entourant l'incident mystérieux.

    Leoni M. Shannon, la soeur plus âgée de Moncla qui habite maintenant à Loveland, Colorado, a indiqué que l'incident a profondément affecté sa famille.

    "Ma mère n'a plus jamais été la même; il était son seul fils. Il était doux avec elle. Elle a essayé de faire front courageusement mais vous saviez que cela a été dévastateur pour elle," a dit Shannon. "Après cet incident que je regardais constamment dans le ciel chaque nuit. Je n'ai jamais vu quoi que ce soit. C'est un mystère."

    Shannon a indiqué que l'Armée de l'Air et d'autres agences gouvernementales ne se sont pas montrées utiles, manquant à fournir à la famille des réponses franches.

    "Nous ne savons toujours rien à ce sujet," a dit Shannon. "Je ne pense pas que le gouvernement veut nous faire savoir ce qui lui est vraiment arrivé."

    Quand on lui a demandé si elle croit qu'il soit possible qu'un OVNI ou une autre force inconnue pourrait avoir été derrière la disparition de son frère, Shannon n'hésite pas, "je pense que c'est quelque chose de ce genre qui a pu se produire."

    En attendant, de retour en Colombie Britannique, Heath continue à écrire aux gouvernements canadiens et américains, recherchant des réponses quant au vrai sort qu'avaient connu Moncla et Wilson il y a tant d'années. Il est sûr que le gouvernement américain est engagé dans une dissimulation qui continue à ce jour.

    "J'ai une inclination forte à penser à quoi tout cela mène," dit Heath. "C'est que Moncla et Wilson ont été capturés par un OVNI."

    source:
    http://ufologie.net/indexf.htm

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique